BELLEVILLE Paris

1/5

Projet du début de mes études. Je ne le ferai sans doute pas mais j'avais mis le nez dans l'architecture japonaise contemporaine. Trop tard, fascination. Au japon, le village traditionnel est organisé selon un chemin, menant à la montagne (Maki Fumihiko dans Japan Architect). Or, aujourd’hui, le rapport à la montagne sacrée est rendu difficile de par les constructions de grandes hauteurs… Cela a induit une rupture culturelle et a amené les Japonais à s’enfermer en cœur de parcelle.

 

Nous savons aussi que le contexte est incertain. Car le Japon est sujet à de nombreux tremblements de terre mais aussi car le paysage urbain est en mouvement perpétuel (les constructions se renouvellent assez vite). Les Japonais ont donc une vision moins matérielle que la nôtre. Ils accordent moins d’importance aux bâtiments, à la matérialité, en privilégiant les éléments naturels comme le vent, la pluie. Et finalement, c’est aussi la géographie physique qui encourage ce sentiment de l’éphémère. Enfin, alors que nous avons une logique urbaine basée sur le gabarit, les Japonais ont plutôt une logique de forêt, ce qui favorise une sensation de discontinuité.